Troubles visuels fréquents
 Troubles visuels fréquents
 Maladies de l'oeil les plus souvent rencontrées

Myopie

La myopie est un trouble de la vision dû majoritairement à un œil « trop long » : la distance entre la cornée et la rétine est trop importante. L’image se forme en avant de la rétine, ce qui fait qu’un myope voit mal de loin, mais bien de près.

Pour le myope, la distance de vision nette est d’autant plus courte que la myopie est forte.

Correction de la myopie: On peut corriger la myopie grâce à un verre concave (mince au centre et épais au bord). Ce verre, aussi appelé négatif ou divergent, est conçu pour repousser l’image sur la rétine et restituer une bonne vision jusqu’à l’infini.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hypermétropie

L’hypermétropie est un trouble de la vision dû majoritairement à un œil « trop court » : la distance entre la cornée et la rétine est insuffisante. L’image se forme en arrière de la rétine, ce qui explique que l’hypermétrope voit mieux de loin que de près. La vision nette n'est possible qu'au prix d'une accommodation forcée qui, à la longue, se révèle éprouvante. Ce trouble s'accompagne donc, en général, d'une sensation de fatigue visuelle.

 

Correction de l’hypermétropie: On peut corriger l’hypermétropie grâce à un verre convexe (mince au bord et épais au centre). Ce verre, aussi appelé positif, est conçu pour rapprocher les images sur la rétine et restituer une bonne vision de près.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Astigmatisme

L’astigmatisme est un trouble de la vue dû majoritairement à une « mauvaise courbure de la cornée » : la forme de la cornée est légèrement ovale au lieu d’être sphérique. L’astigmate voit de manière imprécise de près comme de loin. Sa vision périphérique manque de précision et il est difficile pour lui de distinguer nettement certaines formes et détails, comme les contrastes entre les lignes horizontales, verticales ou obliques. L’astigmatisme peut se combiner avec d’autres troubles de la vue comme la myopie, l’hypermétropie ou la presbytie. Très répandu chez les jeunes enfants, l'astigmatisme peut nuire à la réussite scolaire puisqu'il entraîne une confusion des lettres et des chiffres.

 

Correction de l’astigmatisme: On peut corriger l’astigmatisme grâce à un verre torique (courbé et d’épaisseur variable au bord). Ce verre est conçu pour compenser les courbures de la cornée et corriger l’axe de l’astigmatisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Presbytie

La presbytie n’est pas un défaut visuel, mais une évolution naturelle de la vision qui concerne tout le monde. En effet, avec le temps, le cristallin perd en partie son élasticité et donc sa capacité à se bomber et à s’accommoder. Vers l’âge de quarante ans, les effets de cette évolution se font ressentir : à la manière d’un appareil photo dont l’objectif est mal réglé, l’œil n’effectue plus correctement la mise au point de l’image ; la vision des objets proches est altérée. Pour le presbyte emmétrope (n’ayant pas de trouble visuel au loin) ou le presbyte amétrope corrigé en vision de loin, la difficulté est de voir de près.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Correction de la presbytie: Si vous n’avez jamais porté de lunettes, vous avez le choix entre plusieurs solutions pour corriger votre presbytie : Le verre simple de lecture ne corrige que la vision de près, à environ 40 cm. Pour voir de loin, vous devez ôter vos lunettes ou regarder par-dessus. Le verre mi-distance constitue la solution intermédiaire. Il permet de voir net de près et dans un champ de vision plus étendu. Avec ce type de verre, il est possible de lire le journal tout en voyant nettement les personnes qui vous entourent. Le verre progressif est conçu pour restituer une vision nette et précise à toutes les distances, sans avoir besoin de changer constamment de lunettes. La partie supérieure du verre permet de voir de loin, la partie centrale de voir à mi-distance et la partie inférieure de voir de près.

 

Cataracte

La personne atteinte de cataracte voit avec une impression de brouillard permanent. Dans la majorité des cas, la chirurgie permet de traiter la cataracte et de reprendre une activité normale dans les jours qui suivent l'opération. 

 

La maladie:

La cataracte est la première cause de malvoyance dans le monde et de cécité dans le tiers monde. La cataracte rend la vision trouble mais n'affecte que peu le champ visuel. Elle est généralement liée à un processus normal de vieillissement. Cependant d'autres causes peuvent l'engendrer : pathologies oculaires, prise de corticoïdes, dialyse, maladies métaboliques, diabète, intrusion d'un corps étranger dans l'œil, coup porté sur l'œil, tabagisme, carences nutritives. La cataracte est parfois congénitale et héréditaire.

Le cristallin, situé derrière la pupille, est une lentille biconvexe qui focalise la lumière sur la rétine. Celle-ci enregistre les images pour les transmettre au cerveau. La transparence du cristallin est essentielle pour que cette transmission soit respectueuse des couleurs et des contours. Avec l'âge, les protéines contenues par le cristallin ont tendance à s'oxyder et s'agglutiner, ce qui se traduit par l'apparition progressive d'opacités.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les symptômes.

Les symptômes les plus courants de la cataracte sont :

  • Vision trouble, moins de détails perçus.

  • Perception atténuée des couleurs.

  • Sensibilité à la lumière.

  • Plus forte luminosité nécessaire pour la lecture.

  • Réduction de l'acuité visuelle.

 

Le traitement.

La chirurgie reste le seul traitement curatif existant. L'intervention rapide mais délicate consiste à remplacer le cristallin opaque par un cristallin artificiel. Réalisée en soins ambulatoires (hospitalisation de quelques heures), l'opération peut se faire sous anesthésie locale topique (c.-à-d au moyen de gouttes). Dans les cas les plus favorables, une incision de 3 mm est pratiquée au bord de la cornée pour pénétrer jusqu'à la capsule du cristallin. À l'aide d'ultrasons, le noyau du cristallin cataracté est pulvérisé et aspiré. Le cristallin en résine synthétique est ensuite introduit. Après une opération de la cataracte, la récupération d'une vision plus claire et nette est très rapide. Si on laisse la progression de la maladie suivre son cours, la vision se réduit à la seule perception de la lumière.

 

Glaucome

Le glaucome entraîne une perte progressive de la vision commençant tout d'abord en périphérie et progressant graduellement vers le centre. La perte de vision est permanente et irréversible. Sans traitement, cette maladie peut mener jusqu'à la cécité. En cas de glaucome très évolué, la conduite devient difficile et dangereuse. Les déplacements sont difficiles car le champ visuel est réduit.

 

La maladie:

Le glaucome correspond à une atteinte du nerf optique. Il existe deux types de glaucome : le glaucome chronique, le plus fréquent et le glaucome aigu. Bien que le glaucome concerne principalement les personnes de plus de 45 ans, il peut survenir à tout âge, y compris à la naissance.

 

La partie antérieure de l'œil (entre la cornée et le cristallin) est remplie d'humeur aqueuse. Ce liquide est produit et évacué en permanence. L'œil subit une certaine pression du fait de cette production et évacuation continue de l'humeur aqueuse. Si les canaux d'évacuation se rétrécissent ou se bouchent, la pression interne de l'œil augmente. Cet excès de pression déforme la papille optique détruisant le nerf optique ; le nerf optique propageant les informations visuelles jusqu'aux aires visuelles du cerveau. Cette situation est la plus fréquente, mais il existe d'autres formes de glaucome dont les causes sont variables.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les symptômes:

 

  • Le glaucome chronique est sournois. Le glaucome chronique passe longtemps inaperçu. Il est indolore et ne se traduit pas, au début, par une gêne visuelle notable. À un stade évolué, une réduction du champ visuel et l'altération de l'acuité se font ressentir.
     

  • Le glaucome aigu est une urgence médicale. La pression oculaire augmente  brusquement, le patient ressent des douleurs dans l'œil. La vision est rapidement brouillée. Ce type de glaucome peut, sans intervention rapide, entraîner la cécité de manière irréversible.

 

Le traitement:

 

-Le plus souvent, lorsqu'il est diagnostiqué tôt et bien traité, le glaucome chronique n'évolue pas. La vision et le champ visuel restent stables. La stabilisation se fait en abaissant la pression  intraoculaire. Pour ce faire, des gouttes doivent être instillées tous les jours dans l'œil. Un  traitement au laser peut être prescrit à la place ou de manière complémentaire aux gouttes. Des trous microscopiques sont alors réalisés dans les canaux d'évacuation de l'humeur aqueuse pour en favoriser l'écoulement. Si ni les gouttes, ni le laser ne donnent de résultats, l'opération est à envisager. Dans ce cas, une petite ouverture dans le globe oculaire est réalisée afin que l'excédent d'humeur aqueuse puisse s'évacuer sous la conjonctive. 

 

-Le glaucome aigu est une véritable urgence ophtalmologique, son traitement est essentiellement chirurgical. En l'absence de prise en charge le glaucome peut mener à la cécité complète.

 

Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

 

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) perturbe la vision centrale, la vision périphérique est en général préservée. La perte de la vision centrale est gênante pour la vie de tous les jours. Regarder la télévision, conduire, coudre deviennent complexe. La lecture est malaisée : des lettres ou des parties de mots sont masquées, les caractères semblent déformés. 

 

La maladie:

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) est une maladie progressive indolore qui n’entraîne pas la cécité complète. On distingue deux formes de dégénérescence maculaire : La DMLA sèche est la plus fréquente, son évolution est lente. La DMLA humide, quant à elle, évolue plus rapidement et entraîne un risque plus important de perte majeure de la vision.

Plusieurs facteurs de risque sont associés à la DMLA comme l’âge, les antécédents familiaux, l’appartenance ethnique, une alimentation déséquilibrée et surtout le tabagisme qui augmente sensiblement le risque de DMLA. Dans les pays occidentaux, la DMLA est la cause principale de perte sévère de vision chez les personnes de plus de 60 ans. 

 

La DMLA affecte la zone centrale de la rétine : la macula. Dans la forme sèche, une partie de la rétine s'amincit et se dégrade causant une altération de la vue.

La forme humide est due à la formation de nouveaux vaisseaux sanguins fragiles derrière la rétine. Ceci provoque des saignements et évolue vers une cicatrice maculaire entraînant la perte de la vision centrale, le champ visuel périphérique restant normal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les symptômes:

 

Les premiers symptômes peuvent passer inaperçus, l'œil sain compensant la perte de la vision.

  • Sensibilité aux lumières éblouissantes

  • Altération de la vision des couleurs

  • Moindre perception des contrastes

  • Diminution de la vision nocturne

  • Sensation de déformation des lignes droites

  • Difficultés à lire, à effectuer des tâches précises

  • Les visages paraissent brouillés

  • Taches sombres ou zones vides au centre du champ visuelLe traitement:

 

Cette vidéo montre la vision progressive qu'a le malade atteint de la DMLA dès les premiers symptômes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le traitement:

Dans le cas de la DMLA sèche, il n'existe actuellement pas de traitement, mais on peut ralentir l'évolution de la maladie en prenant des compléments alimentaires spécifiques.

Pour la DMLA humide, les traitements (laser, injection,...) visent à ralentir l'évolution de la maladie. Dans la majorité des cas, lorsque la maladie est diagnostiquée et traitée rapidement, la vue peut être en grande partie sauvée. Certaines personnes constatent même une amélioration de la vue.

 

Dans les centres de basse vision, le malade dont la macula est lésée apprend à utiliser de façon maximale la vision qui lui reste grâce à des systèmes optiques (loupes, télescopes) ou électronique (vidéo-loupe). 

Il apprend à mieux utiliser sa rétine périphérique, cette dernière étant épargnée par le processus dégénératif. Cela lui permet de maintenir son autonomie le plus longtemps possible.

 

Rétinopathie diabétique

 

La rétinopathie ne s'accompagne habituellement d'aucun symptôme tant qu'il n'y a pas eu d'hémorragie. Quand elle est légère, l'hémorragie du corps vitré provoque la vision de quelques taches obscures. En revanche, un épisode hémorragique sévère peut entraîner la perte totale de la vision.

 

La maladie:

 

La rétinopathie diabétique est une maladie dégénérative des vaisseaux sanguins de la rétine qui survient chez les personnes atteintes de diabète. Plusieurs facteurs favorisent la survenue d'une rétinopathie diabétique et accélèrent sa progression : l'ancienneté du diabète, le niveau de  glycémie, un diabète instable, l'hypertension artérielle, le tabagisme,... 

La rétinopathie diabétique représente une cause importante de cécité dans les pays industrialisés. Cependant, dépistée à temps, cette maladie peut être traitée correctement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La rétinopathie diabétique apparaît lorsque l’excès de sucre dans le sang, caractéristique du diabète, a endommagé les petits vaisseaux qui approvisionnent la rétine en nutriments et en oxygène.

  • Dans le cas de la rétinopathie diabétique non proliférative, moins grave, on distingue quelques micro-anévrismes et quelques micro-hémorragies. 
     

  • Dans le cas de la rétinopathie diabétique proliférative, on distingue de vastes hémorragies, de vastes territoires d'ischémie (diminution importante de l'irrigation sanguine)

 

Le traitement:

Le traitement de la rétinopathie diabétique exige une collaboration étroite entre l'ophtalmologue, le diabétologue et le médecin généraliste. Diagnostiquée à temps, la maladie peut être traitée efficacement. Lorsque des lésions diabétiques débutantes sont découvertes, elles doivent être stabilisées. Le traitement utilisé est la photocoagulation au laser. Celui-ci a pour but de traiter les zones d'ischémie, ce qui amène une régression des vaisseaux anormaux. Le laser est très efficace mais, à la suite du traitement, il arrive que certaines personnes notent une baisse de la vision périphérique et de la vision nocturne. 

Dans les cas de rétinopathie diabétique proliférative avec hémorragie du corps vitré, une vitrectomie peut être indiquée. Cette intervention chirurgicale consiste à extraire le corps vitré. Dans ces cas, le traitement au laser est complété après l'évacuation de l’hémorragie du vitré

 

 

 

 

 

 

 

Nous remercions la ligue braille pour les schémas et photographies